Nombre total de pages vues

mardi 10 mai 2011

Les canidés mythiques

Hurlant à la lune, hantant les landes et grattant sur le seuil des familles pétrifiées de terreur, un bon nombre de créatures apparentées à la gent canine peuple de nombreux folklores sous une multitude d'aspects, dont la plupart forment un véritable cauchemar à pattes (le bestiaire médiéval en était assez riche, allant jusqu'à incarner l'une des forme favorite du malin). Je tenterais donc d'en présenter un maximum à travers ces quelques lignes à votre plus grand bonheur (ou votre plus grande horreur, à vous de voir pour la version qui vous conviendra le mieux).



Barghest :

Le Barghest ou Barguest (appelé aussi rongeur d'os voire Shriker) proviendrait du nord de l'Angleterre et de Cornouailles. Son nom est forgé du Celte : Baarge (truie) ou de l'anglais bear (ours), et de ghost (fantôme). Le Barghest possède la capacité de changer de forme (allant d'une truie à une chèvre voire encore un ours mais, principalement celle d'un chien...). Cette bête énorme et redoutable se caractérise par des yeux immenses, un hurlement démoniaque à vous glacer les sangs et la capacité de ne laisser aucune empreintes sur le sol.

Représentation rôliste du Barghest.

C'est sous la forme d'un gigantesque chien noir que le Barghest hante la campagne du Lancashire où il écope de bien des surnoms tel que : Padfoot (pas feutrés), Trash (à cause de ses pas invisibles),... Ce charmant canidé est aussi le cousin du Ronjou breton , chien monstrueux qui dès la nuit tombée, fait entendre le cliquetement de ses chaînes et le raclement des os qu'il ronge. Cet amateur de calcium serait le fantôme d'un condamné à mort expiant ses fautes sous cette forme (la suite par contre va en étonner plus d'un). Pour mettre fin à cette malédiction, il convient de frapper la bête avec une clé, ce qui fera jaillir quelques gouttes de sang (ne vous trompez pas de bestiole si vous tenez à vos doigts)...



Bête du Gévaudan :

Bête mystérieuse, tantôt décrite comme un énorme loup, tantôt comme un monstre hybride pourvu d'un poitrail de boeuf, d'un dos de crocodile et d'une queue démesurée, aurait perpétré ses méfaits dans la région (je vous le donne en mille) du Gévaudan entre 1764 et 1767. Elle aurait massacré une centaine de victimes (principalement des enfants et des jeunes filles). Chasseurs, soldats et même un détachement de Dragons envoyés par le roi tentèrent d'exterminer la bête... En vain.

Représentation de la bête du Gévaudan.

Les balles semblaient ricocher sur sa peau et même blessée, elle parvenait toujours à s'enfuir. La Gazette de France en donne ci-dessous une description plus précise :

“Le redoutable animal est beaucoup plus haut qu'un loup, bas du devant. Ses pattes sont armées
de griffes. Il a le poil rougeâtre, la tête fort grosse, longue et finissant en museau de lévrier, les oreilles petites et droites comme des cornes, le poitrail large et un peu gris, le dos rayé de noir.”

Bête Pharamine : 

Affublée d'un nombre incalculable de noms (bête blanche, grand'bête, bête de Brielles,...), incarnation de la terreur, tout en restant insaisissable car possèdant la facultée d'emprunter un grand nombre d'apparences trompeuses. Par les nuits sombres, la où la brume s'étale paresseusement en déroulant ses multiples rubans, se fait entendre un bruit mou et spongieux de pattes, un souffle bestial aux relents putrides vous prends à la gorge puis vous finissez par ressentir le contact infect de son corps velu.

Ceux qui ont pu contempler la bête s'accordent à dire qu'elle possède plusieurs têtes, aux yeux brillants et aux crocs acérés comme des poignards, sans oublier un pelage immaculé qui la fait ressembler à un spectre. La bête Pharamine est annonciatrice de mort (sans oublier qu'elle en provoque certaines), tue les mécréants qui osent la défier et rôde près des fermes pour assister avec délectation à l'agonie du paysan tombé malade (pour guérir le malheureux, la solution est “fort simple” armez-vous d'un couteau et plantez le entre les deux yeux de la bête afin de faire couler son sang... Le paysan sera aussitôt guéri et dans le meilleur des cas vous écoperez d'une fin rapide).

Cerbère face à Hercule.

Cerbère :

Gigantesque chien d'Hadès, fils d'Echidna (tout comme l'Hydre de Lerne), gardien des enfers, ce colossal “ami de l'homme” doté de trois têtes grondantes (parfois plus selon les auteurs les plus fantasques), d'une queue de Dragon et d'un charmant collier de vipères, tient une place importante dans plusieurs réçits de la mythologie grecque (j'en parlerais plus longuement une prochaine fois). Son antre situé près du bord du Styx, lui permet de surveiller l'entrée des morts (qui se doivent de l'amadouer avec un gâteau de miel, généreusement placé avec l'obole pour Charon dans la tombe). Son rôle n'est pas vraiment d'empêcher les morts d'entrer mais plutôt de barrer la sortie... Pour ceux assez fous pour se risquer à tenter une fuite au galop, les crocs de Cerbère seront la dernière chose qu'ils verront.

Fenrir le “loup féroce”.

Fenrir :

Fils de Loki (Loge) et de la géante Angrboda, Fenrir (surnommé à juste titre “le loup féroce”) posa problème aux dieux qui décidèrent de l'entraver. Tyr se proposa pour passer le lien à la bête et glâna pour sa peine, la perte de sa main droite...

Lors du Ragnarok, Fenrir se libèrera pour l'ultime bataille où il engloutira Odin avant de finir poignardé par le fils de sa victime : Van (espoir).

Garm du Niflheim.

Garm : 

Pendant nordique de Cerbère, Garm est le gardien du monde des morts (Niflheim) et le familier de Hel, déesse des enfers. Lors du crépuscule des dieux, ce dernier se libèrera de ses liens pour affronter Tyr dans un combat épique ou les deux succomberont...

Sympathique représentation du Loup-garou.

Loup-garou : 

Lycanthrope (et donc classé dans la grande famille des métamorphes) dont le nom signifie qu'il faut “se garer du loup”. Appelé aussi Werewolf dans les pays anglophones, le Loup-garou est la plupart du temps un homme qui se change en hybride d'homme et de loup (vous vous en doutiez je suppose) sous le coup d'une malédiction, de la morsure d'un autre Loup-garou, mais aussi parfois, il peut s'agit d'un sorcier voué au service du malin (qui le fait donc de son propre chef).

La naissance de ce “mal” remonterait à l'antiquité grecque, aux plaines d'Arcadie (je ne détaillerais pas le tout, sous peine de rédiger un pâté d'une longueur ahurissante, cela viendra plus tard) sous le roi Lycaon. Au moyen-âge, le mythe du Loup-garou se renforça pour presque générer un climat de paranoïa qui envoya bon nombre de personnes rejoindre le bûcher “purificateur”. Ce n'est qu'au XVII ème siècle que la porphyrie fût reconnue comme une maladie...


Skoll et Hâti : 

Sköll (qui signifie répulsion) et Hâti (haine), sont deux loups monstreux de la mythologie nordique. Ils n'ont de cesse de courir après la soleil et le lune (il est à préciser que l'astre de jour et de nuit sont inversés niveau masculin et féminin) afin de les engloutir (chose qui sera faite lors du Ragnarök d'ailleurs).




Scylla : 

Scylla la nymphe, fût changée en un monstre abominable (une pieuvre géante dont les tentacules étaient garnis aux extrémités par des têtes de molosses) pour avoir éconduit l'un de ses prétendants. Elle est notamment mentionnée dans l'odyssée d'Ulysse ainsi que dans les douze travaux d'Hercule.

Scylla.

Idraemir 

4 commentaires:

  1. Ah j'adore cet article :D
    Bon, j'adore tout ce qui est à poil et puis Skoll et Hâti j'y ai eu droit pendant mes études, tout comme le mythe du loup garou, agréable souvenir ^^
    Enfin je le redis, chouette article merci bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien voyons. Ce n'est qu'un petit panel de ce qui se fait dans le genre, du reste ça me laisse un pense-bête pour le jour ou je devrais traiter l'une ou l'autre créature de façon plus complète.

      Supprimer
  2. J'adore tout ce que tu fais. Moi qui suis en partie passionnée de mythe et légendes, je crois que j'ai finalement trouvé le bon endroit. Mais pour en revenir aux canidés, il y a aussi le renard à 5 queues et à 9 queues (à moins que tu ne connaisses pas cette légende asiatique, ce qui n'est pas très grave ^^'). Enfin, voilà quoi, continue ce que tu fais ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie, ça fait toujours plaisir de voir que mon travail est suivi et apprécié.

      Tu veux sans doute parle du Kitsune, non ? Je connais oui, mais je n'ai pas encore abordé les mythes asiatiques (j'ai de bonnes bases sur le sujet mais la documentation fiable est plus difficile à trouver).

      Je pense aborder les mythes plus exotiques un de ces jours. Si tu veux être tenu au courant de ce que je vais publier prochainement, je te conseille d'aller voir le dernier article publié (temporairement). Tu auras un lien direct vers une page Facebook qui centralise tous mes travaux.

      Supprimer