Nombre total de pages vues

mercredi 18 mai 2011

Les Gorgones. Un monstre peut en cacher un autre

Il existe parfois des créatures mythiques étranges voire abominables... Mais, de temps en temps,
un monstre peut en cacher un autre. C'est le cas des Gorgones.


Les Gorgones, bien connues de la mythologie Grecque sont au nombre de trois mais, en se penchant un peu plus, on peut trouver la trace d'une seconde créature aux origines lybiennes. Je vais donc tenter par mes recherches et traductions, de décrire ces deux types de créatures qui n'ont de commun que le nom...

Gorgone lybienne.

La Gorgone lybienne :

Tiré du livre d' Edward Topsell, «The Historie of Four-Footed Beastes», (l'anglais employé n'est vraiment pas de cuisine donc je vous prie d'excuser ma traduction abrégée et hâtive...) la Gorgone est une créature terrifiante qui ressemblerait (très) vaguement à une vache voire parfois à un gnou, dotée d'une solide carapace d'écailles voire parfois de fer (selon les représentations plus modernes). Cette créature apprécie fortement les plantes hautement toxiques comme nourriture, qui seront réutilisées plus tard en cas de menace... En effet, la bête pour se défendre, soufflera une haleine délétère et emplie de miasmes qui provoqueront la mort de la victime (non sans quelques vaines convulsions de sa part).

Catoblepas version rôliste.

La Gorgone est aussi la cousine du Catoblepas grec, qui selon les dires, ressemble à un énorme taureau noir doté d'une tête massive (ce qui fait que la jolie bestiole reste toujours l'échine courbée) et du coup fragile. Chose heureuse car, si l'on se hasarde à regarder la bête dans les yeux, ce sera pour finir en jolie décoration de jardin de pierre.


Meduse.

Les soeurs Gorgones :

Revenons donc au mythe le plus connu, à savoir les Gorgones (je me répète assez sur le coup il faut l'avouer...). Leur nom provient du grec gorgos signifiant effrayant. Au nombre de trois avec pour noms : Sthéno, Euryale et Méduse, les soeurs sont dotées de l'immortalité hormis Méduse, pouvant donc être pourfendue (on peut les différencier par la chevelure : Sthéno et Euryale sont pourvues de couleuvres tandis que Méduse arbore des vipères). Filles de Phorcys et de Ceto et, vivant près du jardin des Hespérides, leur apparence était abominable : un nez écrasé, une langue ophidienne frétillante, une chevelure hérissée de serpents, des mains de bronze, des ailes d'or et un arrière-train de jument (plus souvent de serpent). Méduse pourtant la seule mortelle du groupe, possède en contrepartie une solide protection d'écailles ainsi qu'un
regard pétrifiant (retour aux décorations de jardins pas chères).


A l'origine, les Gorgones étaient des femmes magnifiques, en particulier Méduse qui violée par Poséidon au sein même du temple d'Athéna fût changée en Gorgone pour la punir (pendant que Poséidon rentrait tranquillement chez lui)... Une boucle de chevelure de Gorgone serait un talisman fort efficace contre le mauvais oeil (pour ceux qui seraient assez fous pour tenter leur chance). Selon Asclépios, le sang de Méduse de la partie gauche de son corps aurait la particularité de ressusciter les morts, tandis que le droit changerait le patient en viande froide...


Le mythe le plus populaire traitant des Gorgones, est l'histoire de Persée (que je vais vous conter à l'instant). Il était une fois, un roi nommé Acrisios qui n'avait qu'une fille nommée Danaé. Etant allé consulter un oracle pour voir s'il aurait la chance un jour d'avoir un descendant mâle, Acrisios s'entendit répondre qu'il n'aurait pas de fils, et que s'il avait un petit-fils, ce dernier le tuerait. Pour ne prendre aucun risques, le roi enferma sa fille dans une haute tour d'airain ouverte sur le ciel, mais fermée au monde extérieur par une unique porte dont Acrisios gardait toujours la clé. Une fois par jour, il lui apportait ses repas et la laissait le reste du temps, à l'abri des regards, hormis de ceux de la gent ailée...

Version “dark“ de la Gorgone.

Un beau jour, l'aigle de Jupiter passant par là, il aperçut Danaé et, stupéfié par sa beauté, alla directement rendre compte de sa découverte à Jupiter, qui se mit aussitôt en tête de conquérir le coeur de la belle captive (est-il à préciser que Jupiter est un incorrigible coureur de jupons?). Comme l'accès lui était interdit, il décida d'emprunter la voie des airs en adoptant la forme d'une pluie d'or, forme sous laquelle il alla prodiguer ses caresses à Danaé...

Représentation classique de la Gorgone.

Quelques mois plus tard, Acrisios s'aperçut que sa fille était enceinte. Il la fit enfermer dans un tonneau qu'il jeta aussitôt à la mer. Porté au gré des vagues, le tonneau s'échoua sur une île et Danaé tout en s'extirpant du contenant, donna le jour à un fils qu'elle appela Persée. Le roi de cette île Polydecte, séduit par la beauté de Danaé (pas du tonneau), se mit en devoir de lui faire la cour, mais cette dernière repoussa longtemps les avances du roi, préférant se consacrer entièrement à son fils. Elle n'accepta d'épouser Polydecte que lorsque Persée eût seize ans. Un grand repas de fiançailles fut organisé et de nombreux voisins se joignirent à la fête apportant de magnifiques cadeaux. Seul Persée qui n'avait pas un sou vaillant en poche dut venir les mains vides... Humilié, il s'enivra à tel point qu'il alla trouver le roi pour lui déclarer qu'il irait chercher pour lui le plus somptueux des cadeaux qu'il pouvait désirer. Ravi de l'occasion de se débarrasser d'un importun, Polydecte sauta sur cette aubaine. Il chargea Persée de lui ramener la tête de la Méduse...

Représentation rôliste de la Gorgone.

Dégrisé, Persée se rendit compte qu'il s'était un peu trop avancé mais surtout qu'il ne savait vraiment pas comment approcher le monstre et encore moins par quel prodige le tuer... Voyant sa progéniture dans l'embarras, Jupiter convoqua son fils Mercure (dieu des voyageurs, messagers, commerçants et voleurs) afin d'aller le trouver sous le déguisement d'un jeune berger.

"- Tu m'a l'air soucieux, lui dis celui-ci; puis-je faire quelque chose pour toi ?
- J'en doute, réponds Persée; je suis à la recherche des gorgones et, personne ne semble savoir où elles demeurent.
- Je l'ignore aussi, répond le pseudo-berger, mais je sais qui pourrait te renseigner : il y a très loin d'ici, vers le nord, une contrée où tout est gris. Dans ce pays vivent trois soeurs qu'on appelle les Grées (appelées aussi les Moires ou les Parques). Elles n'ont qu'un oeil pour elles trois et s'en servent à tour de rôle. Ce sont les seules personnes qui peuvent se flatter d'être aussi hideuses que les Gorgones. Elles organisent d'ailleurs chaque année un concours de laideur qui se tient alternativement chez les unes et chez les autres. Elles pourraient donc te dire où habitent leurs rivales. Mais elles n'accepteront de parler que si tu les y forces, en t'emparant de leur oeil unique. Si tu le désire, je peut te conduire chez les Grées."


Après un long voyage rythmé par quelques incidents, Persée et Mercure arrivent chez les Grées. Dans un paysage gris sous un ciel gris (autant vous faire la blague du prince noir, sur son cheval noir, attaqué par des ours noirs, dans la forêt noire, à minuit...), les trois soeurs vêtues de gris, étaient accroupies et parlaient à voix basse. A intervalles réguliers, l'une d'elle retirait l'oeil unique de son front et le passait à sa voisine. Caché derrière un arbre, Persée observa pendant un moment leur manège. Tout à coup, alors qu'une des soeurs allait donner l'oeil, Persée bondit de sa cachette et arrache l'oeil de la main de la Grée.

"- Je ne vous le rendrai, déclare-t-il, que si vous me dites où je peut trouver les Gorgones."

Les Grées, bien forcée de capituler et de parler lui donnèrent ces renseignements, mais, avant de leur rendre leur oeil, ce dernier déclara encore :
"- Comment pourrais-je distinguer la Méduse de ses deux soeurs ?
- Rien de plus simple, lui répond une des Grées. Les serpents qui forment la chevelure de la Méduse sont des vipères, alors que ceux de ses soeurs sont des couleuvres; comme tu le sais sans doute, les vipères ont une tête triangulaire alors que les couleuvres ont une tête ovale.
- Mais, reprends Persée, comment pourrais-je me livrer à un examen approfondi sur leur chevelure, si un seul regard jeté sur une Gorgone suffit à me changer en pierre ?
- Cela c'est ton affaire, répondent les Grées."


Persée une nouvelle fois dans l'embarras, Jupiter demande à sa fille Minerve (déesse de la
justice, sagesse, des mathématiques,...) de concocter un plan pour Persée. Minerve réfléchit quelques instants avant d'aller quérir quelques objets chez les dieux pour apparaître sans déguisement devant Persée (proche de la caverne des Gorgones). Elle lui confie les ailes de Mercure afin de voler, Le casque de Pluton (dieux des enfers) qui rend invisible, l'épée de Mars (dieu de la guerre) capable de percer les écailles les plus épaisses, le sac de Junon (épouse et soeur de Jupiter) qui a la capacité de prendre les dimensions de l'objet qu'on y introduit et enfin, le bouclier de bronze de Minerve, poli comme un miroir, qui lui permettra d'observer les Gorgones de façon indirecte pour éviter un sort funeste (ça c'est de l'équipement...).

Medusa de Castlevania.

Armé de tout ce fatras, Persée avance à reculons en volant vers les Gorgones. S'aidant du bouclier miroir pour repérer Méduse, il plonge l'épée de Mars (inutile de préciser qu'il est invisible aux yeux des soeurs) dans le corps de Méduse, la décapite et fourre sa tête dans le sac de Junon avant de s'enfuir au “triple galop” (du sang de Méduse naîtra un Géant ainsi que le cheval ailé Pégase dont je parlerais peut-être une autre fois de façon plus détaillée).


Sur le chemin du retour, Persée testa quelques fois les pouvoirs de la tête de Méduse. Une première fois pour pétrifier un serpent géant qui allait dévorer une jeune fille nommée Andromède attachée à un rocher (pour les cinéphiles, le film “Le choc des titans”, fait appel à un pseudo-kraken d'origine nordique qui contrairement à la croyance populaire ne possède pas toujours la forme d'une pieuvre géante...). Il délivra Andromède et en fit sa femme. Plus tard, lors d'un banquet qui tourna mal et où une centaine d'invités étaient bien décidés à le mettre en pièces, Persée utilisa la tête de Méduse pour former une jolie galerie d'art personnelle... Enfin, arrivé à son île, il invita Polydecte à ouvrir le sac de Junon pour y prendre son cadeau (ce qui fût son dernier geste).

Précisons que dans la mythologie il n'existe pas de Gorgone mâle...

Sa tâche accomplie, Persée put rendre à Minerve les différents effets des dieux tout en lui confiant en guise de cadeau la tête de la Gorgone (de peur d'en être victime un jour) qu'elle fixa comme trophée sur son bouclier.

Persée et Andromède vécurent longtemps et eurent beaucoup d'enfants dont l'un d'entre-eux était le père d'Alcmène et par conséquent, le grand père d'Hercule (côté maternel).

Idraemir

4 commentaires:

  1. Que penses tu de Médusa ?

    Précisemment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sois plus "précis" au niveau de ta question.

      Supprimer
  2. Intéressant ton blog. Aurais tu des histoires sur sthéno et euryale . J'ai souvent entendu parler de médusa mais pas des deux autres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Non. La plupart des textes d'auteurs antiques ne mentionnent que très brièvement les deux sœurs (pour leur immortalité notamment).

      Supprimer